(Dé)croissance économique : Quid de notre épargne?

Bonjour à toutes et tous !

Je me permets de poser une question ouverte qui me taraude depuis longtemps : le consensus de la « communauté écolo » vers une décroissance obligatoire et son impact sur notre manière d’épargner.

Je conçois que malgré une potentielle décroissance économique, certaines entreprises continueront de fleurir jusqu’à atteindre leur taille stable (limite imposée par des objectifs environnementaux qui brideront forcément les entreprises), ce qui justifie une sorte de « croissance verte localisée, temporaire et cyclique ». Une croissance verte infinie est par contre impossible, puisqu’il faudrait pouvoir créer une valeur infinie sur des flux physiques finis et verts, ce qu’on n’imagine pas (encore?).

Ainsi, comment voyez-vous le fonctionnement de notre épargne dans un monde en décroissance ou post-croissance ? Aurons-nous toujours des livrets garantis et des fonds à 8%/an sur 30+ ans ? Vaste question je sais, mais un partage de visions « méta » serait déjà super intéressant je trouve :slight_smile:

8 « J'aime »

Bonjour,

Vous avez dit : « Une croissance verte infinie est par contre impossible »

Je dirais même plus: Une croissance infinie tout court est impossible!

La croissance économique qui est prise pour acquis dans nos sociétés depuis plus d’un siècle et demi, n’est rendue possible que grâce à l’extraction et à la consommation massive de ressources naturelles, au premier rang desquelles figure le pétrole. Malheureusement (pour nous) la science physique est implacable : une fois qu’on tape dans un stock, ça diminue! Donc, mathématiquement, dans un futur pas si lointain, on va devoir faire pareil avec moins.

Je suis d’avis que nous avons encore une petite dizaine (vingtaine?) d’années de croissance des marchés financiers devant nous, après quoi on ira vers une décroissance structurelle des rendements des actifs financiers. C’est inévitable.

2 « J'aime »

100% d’accord ! J’avais posé la même question sur le forum Finary et je me suis fait jeter par les climatosceptiques et croyants techniques d’où ma question prudente, mais content d’avoir la réaction opposée ici :laughing:

Vu qu’on est sur la même longueur d’onde, comment imaginez-vous la suite ? Monde en inflation et actifs en déflation ? Une idée du futur du Livret A et obligations ? Que va faire l’industrie gigantesque de la finance ? Quelle serait la nouvelle stratégie d’un investisseur lambda comme nous (moi du moins) ?

Tant de questions passionnantes mais je ne sais pas où trouver la réponse (ou un début) ^^

3 « J'aime »

Pas évident de prédire l’évolution des actifs dans une telle période d’incertitude… Pour ma part, je pense qu’il peut y avoir 3 scénarios :

  • Scénario 1 (optimiste) : on reste par je ne sais quel miracle avec un capitalisme qui ressemble beaucoup à celui que l’on connaît aujourd’hui => poursuite de la croissance de manière globale.

  • Scénario 2 (pessimiste) : effondrement de notre système actuel du fait du manque d’énergie => décroissance généralisée, anticipée ou subie.

  • Scénario 3 (intermédiaire) : effondrement de certains pans de l’économie mais les pans des besoins fondamentaux/essentiels résistent voire se développent (nourriture, logement, santé, éducation…) => décroissance globale, mais maintien ou croissance de certains secteurs.

Je suis investis en actions et en obligations… bien que je m’attende à une décroissance globale. Je nage en pleine dissonance cognitive au quotidien. :sweat_smile: Je me dis qu’il faut privilégier le livret A et l’immobilier en SCPI.

1 « J'aime »

Pas évident de se projeter et encore moins d’avoir une stratégie à laquelle on croit… pour ma part, je pense orienter mes investissements de la façon suivante

  • bourse : investissement dans des ETF thématiques (climat, eau, économie circulaire, énergies vertes, santé, …).
  • Immo : je pense privilégier des SCPI orientées santé, éducation, logements rénovés basse consommation car j’ai du mal à croire que le marché des bureaux se maintienne sur le long terme
  • autre : je réfléchi à investir dans des forêts gérées durablement et des terres cultivables via GFI/GFA

En parallèle je garde une poche d’investissement avec un peu de DCA sur un ETF MSCI world au cas où (tu parlais de dissonance cognitive ? :grimacing:) et de la crypto.

En tout cas je suis preneur pour connaître d’autres approches, ca permet de se sentir moins seul face à ces réflexions

2 « J'aime »

Le plus plausible je pense est un mélange des trois scénarios : poursuite du business as usual jusqu’à se manger plusieurs murs (pénuries d’énergie, chute de production agricole à cause du changement climatique et des événements extrêmes induits), effondrement de larges pans de l’économie et croissance de secteurs de niche qui ne compense pas les baisses ailleurs.
Comme épargnant, le plus raisonnable me semble être de se limiter aux investissements qui font plus partie de la solution que du problème, en étant réaliste sur le fait que ce n’est pas ça qui va sauver le monde.

6 « J'aime »

@MadeInJack de nombreux investisseurs conscients des enjeux se la pose cette question !
Je rejoins @tangi.va, à titre personnel j’investis au maximum pour accélérer la transition.
En faisant partie de la solution, on limite d’une certaine manière les risques (Cf la notion d’actifs échoués - Stranded Assets en anglais).

Et à l’opposé, si l’on perd toute notre épargne, mais qu’on laisse un monde vivable à nos enfants, est-ce si grave ?
Vous avez 4 heures :sweat_smile:

7 « J'aime »

Les voeux de notre Président me confortent malheureusement dans mes prévisions.

3 « J'aime »